Une Escapade dans le Sahara

23 décembre 2019 | Récits de voyage

480A4088

Un gros swell a touché la côte nord

Préambule

Je commence cet article avec une citation que j'ai connue grâce à un autre aventurier qui m'inspire beaucoup dans chacune de mes aventures, dans chacun de mes carnets de voyages : Damien Castera.

"En route, le mieux c'est de se perdre. Lorsqu'on s'égare, les projets font place aux surprises et c'est alors, mais alors seulement que le voyage commence." Nicolas Bouvier

La première journée, c’est toujours une journée spéciale lorsque tu passes des mois à imaginer un surf trip. Après avoir passé une petite semaine au camp de base Taghazoute me voilà sur les routes du sud. Il m’aura fallu récolter quelques informations, reprendre plusieurs fois les cartes (routières, satellite et météo) et finir de m’équiper. Cela veut dire remplir tous les réservoirs d’eau en passant par l’achat de fruits et légumes au marché. Mais aussi récupérer une board pour avoir du matos adapté aux différentes conditions.

Côté planche justement je me promène avec un shortboard plutôt fin taillé pour les grosses houles creuses (6’4 / 18’9 / 2,38). Une board de chez Uwl avec un pin tail qui tient très bien dans le creux. Mais évidemment avec ça tu n’avances pas trop dans les houles plus petites et plus molles. J’ai donc récupéré une board neuve chez Fahd un shaper de Taghazout (Tamraght). Au retour du trip je passerai lui faire un coucou et j’en profiterai pour parler shape au Maroc avec lui et faire un rendu de nos échanges. Vous saurez donc de qui on parle et de la qualité de son travail. Cette planche à un Nose un peu plus large, plus plat pour plus de vitesse à la rame (6’ / 20 ½ 2 ½). Rapide dans les petites conditions, elle manœuvre super bien et elle tient bien les houles moyennes à grandes et permet de se caler quelques creux quand l’occasion se présente. Une petite merveille signée Fahd. Merci l’ami !

Ensuite ce fût le départ vers la pointe sud du Sahara Occidental proche de la frontière avec la Mauritanie et le Sénégal. J’avais prévu de pousser jusqu’au Sénégal voir plus loin. Mais les conditions n’étais pas réunies et j’ai choisi de prendre le temps de réaliser ce trip. Ce sera donc une future aventure. Cela me permet de prendre le temps dans le Sahara. Il en faudra sûrement…

On the road to south coast

IMG_0517-scaled

Après un peu plus de 1 300 km de route en deux jours me voilà arrivé. Il aura fallu traverser le Sahara et les contrôles de l’armée ou de la gendarmerie parfois usant. Surtout la nuit. Une longue traversée d’une route nichée entre les falaises de la façade atlantique (somptueuses !) et le désert de sable. Des kilomètres de côte où se croisent dromadaires sortant des dunes d’un côté et pêcheurs de l’autre. Beaucoup de pêcheurs vivant dans des petits camps parfois nichés dans les falaises à des hauteurs incroyables (parfois 100 m de haut !). Ils pêchent du haut des falaises ou bien du bord en descendant par des chemins pas toujours très sécu… Ou parfois carrément en rappel !

Les pêcheurs du Sahara Occidental

Me voilà donc dans l’extrême sud du pays. D’un coup il y a beaucoup moins de monde, presque pas de touristes et surtout très peu de surfeurs… Voir pas du tout. Je suis basé pour le moment proche d’un petit village dans le sud du Sahara sur la côte juste avant la Mauritanie. Ici il y a plusieurs pointbreak plus ou moins connus. Les plus connus sont ceux autour de Dakhla.

Je vais donc d’abord y passer quelques temps histoire de repérer les lieux et surfer les vagues du coin. Ensuite je remonterai le long des zones les plus désertiques pour trouver des déferlantes plus difficiles d’accès. J’attends pour ça qu’un bon swell arrive. Bonne direction, bonne période, bonne taille ! On verra.

IMG_0535-scaled

Bienvenue dans le Sahara

480A4364-scaled

Je suis arrivé ici depuis quelques jours et le swell est petit. Les prévisions n’annoncent pas beaucoup plus de taille les 5 prochains jours. J’ai donc du temps devant moi. Malgré tout lorsque j’arrive je me pose au bord d’une baie où il y a une petite plage. Aucun souci pour se poser dormir, accessible sans risque de s’ensabler. Une jolie droite déroule de la pointe rocheuse jusque dans la baie. Elle est longue et malgré la petite taille la série a l’air sympa. Le plan d’eau est parfait, le vent off-shore faible fait son travail. Ça déroule sur plusieurs centaines de mètres. La marée est un peu haute ce soir donc j’attendrai demain pour surfer cette première vague. Le changement est déjà radical. Hormis quelques rares pêcheurs locaux faisant griller du poisson au bbq pour manger, il n’y a pas grand monde au coucher du soleil et surtout personne sur le spot. Ça sent déjà les sessions au calme.

Les premières vagues

Ce qui m’aura le plus surpris c’est le combo vague parfaite/personne à l’eau… Et bien sûr une super ambiance avec les rares surfeurs. Un moment particulièrement agréable lorsque on a surfé trop longtemps sur les spots surpeuplés. Les premières sessions ont permis de retrouver de belles sensations. De très longues droites. Des vagues avec deux ou trois sections qui connectent facilement. On a tendance à vite avoir mal aux jambes tellement c’est long. Il est fréquent de devoir remonter au pic en marchant sur la côte. Ça donne le ton ! Au programme les vagues situées sur la zone de Dakhla et les alentours. J’ai repéré 5 spots où il devrait y avoir du surf. Ensuite on ira se perdre sur la côte sauvage du Sahara.

Instant technique

Comment surfer autrement ?! Aujourd’hui je pense que le surf devrait davantage s’intéresser aux innombrables méthodes qui existent. Aujourd’hui après toutes ces années de surf j’ai totalement transformé ma manière de surfer. Aujourd’hui plus fluide, plus efficace, plus performante. Il est tard pour moi de m’imaginer faire carrière. Profs de surf et aventurier free-surfeur me va très bien. Je suis très heureux avec le parcours que je réalise dans le monde du surf. Mais si j’avais adopté certaines méthodes plus jeune peut-être que mon avenir aurait été différent. Aujourd’hui je reprends le surf après 4 ans sans activité à cause d’une grave blessure. Sans changer profondément ma manière de bouger, ma façon de voir le surf je ne sais pas si j’en serai là aujourd’hui.

La première chose qui aura changé mon regard sur le surf c’est la préparation mentale. Je me suis rendu compte que nous pratiquions un sport où la préparation mentale était la partie réservée à l’entraîneur ou aux parents. Je me suis donc formé à l’université pour accompagner des surfeurs en préparation mentale. Je pense aujourd’hui que nous devons laisser plus de place à la préparation mentale. Chez les plus jeunes jusqu’au plus haut niveau notamment dans le surf de grosses vagues et la compétition.

La deuxième chose aura été ma rencontre avec Xavier Lainé. Un kiné et praticien Feldenkreis. Pendant 1 an et demi j’ai été accompagné par Xavier. Mais plus que du soin j’ai appris beaucoup de choses. Une sorte de formation interne que mon corps remercie aujourd’hui. Je souhaite me former pour aller plus loin. Mais Feldenkreis aura changé ma manière de surfer. Totalement. Des connaissances qui permettent aujourd’hui de changer aussi ma pédagogie en tant que prof de surf d’ailleurs. Mais c’est quoi ce truc ? C’est peut-être ce que vous êtes en train de vous dire. Alors pour ça je vais terminer avec quelques mots de Xavier lui-même :

"Feldenkrais est un formidable outil de découverte de nous-mêmes, sous un angle assez négligé, notre état corporel. Des collègues de l’université Paris VIII (ex université de Vincennes) ont émis l’idée que les pratiques somatiques pourraient bien être les outils révolutionnaires permettant de nous libérer du contrôle de nos corps organisé par une société qui nous tient par ce côté là esclaves et soumis (relire Foucault). Le praticien n’est que le catalyseur favorable à cette rencontre essentielle... Ce que nous vivons de contraintes pour être conformes à une vision de nos vies fortement imprégnées des standards de la bourgeoisie triomphante ne peut que s’exprimer dans nos maux physiques… Ou dans nos révoltes lorsqu’elles deviennent possibles"

Aujourd'hui je surfe en revoyant tout ce que j'ai pu apprendre sur mon corps. Je surfe autrement et je développe doucement une nouvelle approche du surf plus fluide, plus performante.

Partager !

S'abonner

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les newsletters du blog 360° Surf. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.
RGPD(Nécessaire)

Catégories

Derniers articles

Retour haut de page
Ouvrir le chat
Besoin d'aide ?