On va surfer tu viens ? Le surf et ta meuf

06 juin 2016 | Inside

Un débat agite la rédac depuis plusieurs semaines, le rapport de force entre le surfeur qui a envie de surfer vs la "pas-vraiment" surfeuse qui vient pour faire plaisir... mais qui ne va pas continuer longtemps parce que bouffer du sable à la place de visiter l'Indo ça la gonfle (et on pourrait comprendre)...

Ce n'est pas un article cliché du genre papa surf et maman fait la popote. Force est de constater que la pratique du surf chez les filles ne cesse d’augmenter, on constate quand même 1/3 de femmes chez les compétiteurs et moniteurs de la Fédération Française de Surf... Alors oui, qu’on soit homo, hétéro, transgenre ... l’idéal serait de kiffer le surf à deux et de se faire de grosses sessions en amoureux ! Ceux qui ont la chance d'être dans cette situation vivent des sessions sans culpabilité, des heures a checker des spots sans regarder la montre et des soirées à se repasser encore et encore les vagues prises, ratées, taxées.. bref le dream !

77934d515ca0ac748d11335f21293ccb

Mais, dans la vraie vie, que se passe-t-il lorsque l’un des membres d’une relation ne surfe pas?

Il existe un syndrome de la « surf widow », (la veuve du surf) : ces femmes qui subissent l’absence de leur mari, parti surfer tous les week-ends.

On voulait connaître les deux avis : celui d’un mec, qui surfe à fond dès qu’il en a l’occasion, qu’il soit dans une relation ou non, et celle d’une fille en couple qui ne surfe pas.

J'aime le surf, la plage, le lifestyle mais je ne surfe pas :

Je ne surfe pas, non pas que ça ne m’attire pas mais parce que je suis débutante et comme souvent, quand on est face à son copain et ses potes qui se débrouillent bien, on a pas envie de passer pour le boulet. Donc je décline le plus souvent les propositions de sessions surf en dégainant mon argument fétiche : non t’inquiète, tu profiteras mieux des vagues si je ne suis pas là, c'est trop gros, pas assez de période, les vagues sont trop molles...

Bref, tout ça pour dire que la majorité de mes sessions se transforment le plus souvent en combo bronzette-photos et que je vis plutôt bien !

Du moins.. C’est ce que je me suis dit les premières fois. Mais quand on se retrouve sous la pluie, que le vent te fait bouffer tes cheveux, le temps passe… doucement…

Témoignage de : "Surfeur préférant garder l'anonymat, 25 ans, célibataire un peu beaucoup à cause d'une ex non convertie au surf" :

Mon expérience la plus marquante s’est déroulée en Indonésie, la destination surf où tu peux acheter un t-shirt avec écrit: « my girlfrind told me, if I go surfing one more time she will leave me, GOSH, I will miss her » phrase, qui récapitule assez bien notre surftrip de deux mois. Il est difficile de résister à la tentation quand il y a des vagues parfaites à 300 m de ton hôtel... alors que ta copine aimerait visiter les temples et jouer à la touriste.

C'est une situation où personne n'est gagnant, si on ne va pas a l'eau on va y penser jusqu'à la prochaine session du coup la visite en pousse-pousse de la rizière ne va pas nous faire grande impression, notre meuf va bien voir qu'on est pas vraiment présent et le drame commence souvent par "attends j'ai loupé 1m3 vent off pour visiter ton souque qu'est ce que tu veux de plus".

Malheureusement au moment où nous écrivons ce post nous n'avons pas trouvé la formule magique... À l'air de l'ultra connecté, il existe des sites de rencontre spécialisés pour les surfeurs, il y a aussi la solution de côtoyer uniquement les gens que tu rencontres au pic, ou faire vœu de chasteté...

Et vous, vous avez trouvé une astuce ?

Partager !

S'abonner

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les newsletters du blog 360° Surf. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.
RGPD(Nécessaire)

Catégories

Derniers articles

Retour haut de page
Ouvrir le chat
Besoin d'aide ?